Albichir 132 /Septembre 2020

Bulletin Albichir No 132 – Septembre 2020 / Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger.

Ce bulletin est envoyé par mail par le Système d’Informations sur les Marchés Agricoles (SIMA).

L’analyse de la disponibilité alimentaire en septembre 2020 est marquée par l’arrivée des nouvelles récoltes du mil et du niébé, amorcée dans certaines zones agricoles de Dosso, Maradi, Tahoua et Zinder. En outre, de l’avis des commerçants enquêtés, l’offre des céréales au mois de septembre a été fortement suppléée par les opérations massives de déstockage des graines de la production 2019 dans les régions de Maradi et de Zinder1. Cependant, l’état d’approvisionnement extérieur à travers les importations des céréales en provenance des pays voisins (notamment le Nigéria, le Benin et le Burkina Faso), connait depuis les mois de février-mars 2020, un tassement des flux, imputable aux mesures préventives de la COVID-19 avec comme corollaire la diminution du volume d’approvisionnement et l’augmentation des charges et de délais de transfert des produits.

Points saillants pour septembre 2020 :
- Une légère diminution des prix des céréales locales, du fait de l’amélioration de l’offre issue des nouvelles récoltes dans plusieurs localités et du début de l’autoconsommation dans les ménages agricoles et agropastoraux.
- Toutefois les niveaux de prix des principales céréales restent fortement en hausse par rapport à l’année passée et par rapport à la moyenne quinquennale 2015/2019 : (+42% et 32% respectivement pour le mil). Ce qui traduit une préoccupation majeure pour l’accessibilité économique des ménages notamment les couches vulnérables.
- De même, les termes de l’échange bétail contre céréales sont en défaveur des éleveurs fragilisant ainsi leur capacité d’accès économique aux céréales de base (un éleveur doit vendre 2 boucs pour acquérir à peine 1 sac de 100 Kg du mil au mois de septembre 2020). Néanmoins, les termes de l’échange restent favorables aux producteurs vendeurs d’oignon pour leur approvisionnement en céréales.
- Concernant l’état d’approvisionnement extérieur, on note un tassement des flux entrants et sortants depuis le début de renforcement des mesures de prévention Covid-19 en mars 2020 par les Etats de la sous-région.
- Malgré cela, l’analyse de prix de parité à l’importation confirme l’existence d’une forte incitation économique pour les acteurs nigériens à poursuivre leur approvisionnement en céréales sur les marchés extérieurs du Bénin, du Burkina Faso et du Nigéria.
- Cependant, le taux de change (FCFA/Naira) reste en défaveur des importateurs nigériens des céréales et des exportateurs nigériens des animaux et des produits de rente vers les principaux marchés du nord – Nigéria. Le taux de change de septembre 2020 se situe à 800 Naira pour 1 000 F CFA contre un taux moyen sur les 5 dernières années de 575 Naira pour 1 000 F CFA.

Télécharger le bulletin Albichir Septembre 2020, 9 pages, 1,1 Mo.

Documents joints