Les céréaliers / Bulletin Afrique de l’Ouest

Les céréaliers / Bulletin économique sur le marché des céréales en Afrique de l’Ouest / ROAC / Avril 2020.

Le Réseau Ouest Africain des Céréaliers (ROAC) est un réseau régional d’interprofessions céréales constitué en mars 2013 et regroupant les acteurs des filières céréalières de neuf (9) pays d’Afrique de l’Ouest (organisations de producteurs, commerçants et d’agro-industriels). Grâce à son réseau d’acteurs privés et à sa vocation de promotion de la compétitivité du secteur céréalier ouest-africain, le ROAC est un acteur stratégique pour la mise en œuvre des différentes politiques publiques dans les secteurs agricole, commercial et industriel de la région en général et plus spécifiquement du Projet d’Appui au Stockage de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest.

Au cours de ce mois d’Avril 2020, les mesures prises par les gouvernements (fermeture de frontières, cordon sanitaire, fermeture des marchés, distanciation sociale, quarantaine et autres) en vue de contenir la pandémie du covid-19 se sont poursuivies. Cependant, les marchés ont été mieux alimentés et en conséquence la stabilité a été de mise sur beaucoup de marchés, même si les hausses se sont poursuivies par endroits. Au cours du mois, on a également noté un accroissement de la demande notamment pour le mil et le sorgho lié au démarrage du jeûne musulman où ces deux spéculations sont largement utilisées.

Par filière et par spéculation, la tendance est la suivante :
- Pour le riz : Mis à part le Mali où de légères hausses de prix ont été observées, la tendance a été à la stabilité des prix sur les marchés des autres pays suivis (Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Burkina, Ghana, Togo, Bénin, Niger)
- Pour le maïs : Des stabilités de prix ont été notées sur les marchés du Sénégal, de la Guinée, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana, tandis que la tendance était à la hausse sur les marchés Burkina, du Togo, du Bénin et du Niger
- Pour le mil : La tendance a été à la hausse sur les marchés des principaux pays producteurs (Sénégal, Mali, Burkina, Niger). Par contre ce sont des stabilités qui ont été observées en Guinée, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin)
- Pour le sorgho : A l’exception du Burkina Faso et du Niger où des hausses de prix étaient perceptibles, la tendance a été à la stabilité sur la totalité des autres marchés suivis.

Sommaire :
- La situation du marché en bref
- Principaux faits marquants
- Le marché du riz
- Le marché du maïs
- Le marché du mil
- Le marché du sorgho
- Suivi des stocks de proximité
- Actualités et offres

Télécharger le bulletin, 15 pages, 2,1 Mo.

Documents joints