Etude filière datte au Kawar

Rapport d’étude sur le développement d’une filière datte au Kawar (Région d’Agadez).

Rédaction : Mr. CHEGOU Maman, Agronome ; Consultant principal / Mr. SANDA Malam, Géographe ; Consultant assistant (Avril 2019).

Financement : ONG PROMEDIATION, dans le cadre du programme « Soutien au dialogue intercommunautaire au Niger pour contribuer aux efforts de stabilisation au Sahel et dans la région du Lac Tchad » financé par l’Instrument contribuant à la Paix et à la Stabilité de l’Union européenne.

Résumé  : Les oasis du Kawar, situées en plein Sahara nigérien, ont pour pivot économique le palmier dattier. Les kawariens disposent d’une grande connaissance du dattier et d‘une diversité variétale importante. Cependant, les rendements sont faibles à moyens et une grande portion des dattes produites est de faible qualité compte tenu de l’attaque des acariens. Ajoutés à ceux-là, le coût du transport et le mauvais conditionnement des dattes récoltées, ont pour conséquence la mévente et réduisent drastiquement les revenus liés à la vente des dattes. Les populations du Kawar sont convaincues que l’irrigation des dattiers et le traitement des dattes en maturation contre les acariens va régler beaucoup de problèmes de la filière datte.

Dans un contexte où on veut stabiliser les jeunes du Kawar en mettant fin à l’économie migratoire très lucrative, il faut mettre en place un programme ambitieux de développement des palmeraies et de valorisation des dattes. Un tel programme doit permettre de restructurer le secteur dattier par des actions qui se traduisent en amont par la modification du profil variétal, la correction de la densité de plantation, la modernisation des techniques de production qui permettra de doubler les rendements et d’améliorer la qualité ; et à l’aval à par la valorisation de la datte à travers la transformation, la réorganisation des circuits commerciaux, l’appui à l’entreprenariat agricole et la structuration des acteurs du secteur.

Télécharger le rapport filière datte Kawar, 55 pages, 3,8 Mo.

Documents joints

Dans la même rubrique